COVID-19 : Malgré la crise sanitaire, les Frigos restent ouverts au public aux horaires habituels (8h-17h). Merci de prendre les précautions habituelles dans les espaces communs.
Haut
©Jean-Michel LABAT

Jean-Pierre Formica

Cette possession de la forme est dictée par une continuité physique. Ce n’est pas l’élément réaliste qui s’impose mais la mémoire. Lors de ce processus, le geste physique s’impose comme une interrogation et un dialogue entre la nature des choses et une certaine abstraction – tel un jeu.

Artiste complet, peintre, dessinateur, sculpteur, Jean-Pierre FORMICA a exploré toutes les techniques et continue à élargir son champ d’investigation esthétique.

Ces dernières années, il a réalisé de nombreuses sculptures avec le sel dans les marais salants de la Camargue (et divers sites non loin d’Aigues-Mortes, en France). Sa technique de composition, qu’il a mise au point, permet d’agglutiner le sel autour de ses structures et formes. Une de ces séries s’articule autour de ce qu’il nomme une « Armée de sel », que l’on pourra voir à Bologne. Ce sont des figures/mannequins, de diverses dimensions ; mais il y a notamment des Vanités, des crânes de taureaux, des fétiches africains transformés par la main de l’artiste et la Nature. Surnature est une série emblématique. Du fond des étangs apparaissent des images qui émergent de l’eau, du sel, de l’air ambiant, comme si ces images étaient enfouies dans des strates souterraines. Ces objets recomposés par divers matériaux prennent une autre vie à travers les lieux et leurs sources. Jean-Pierre Formica reprend à sa manière les grands « motifs » de l’histoire de l’art.

Dans la diversité de son travail de peintre et de dessinateur, l’oeuvre ne se dissocie nullement des « Formes ». « Cette possession de la forme est dictée par une continuité physique. Ce n’est pas l’élément réaliste qui s’impose mais la mémoire. Lors de ce processus, le geste physique s’impose comme une interrogation et un dialogue entre la nature des choses et une certaine abstraction – tel un jeu. » Ces mouvements s’interpénètrent ou se juxtaposent parfois. Précise l’artiste. Il suffit de saisir comment il conçoit ses sculptures ; là des cornes d’où surgissent des têtes de taureaux, ici la forme particulière de certaines de ses céramiques. Lorsqu’on regarde ses portraits, ces figures qui émergent du sel, le contour et les différents aspects des images apparaissent comme si elles avaient été cristallisées et ciselées !

Toutes les images créées par Formica peuvent être appréhendées aisément, comme des explorations infinies de « représentations » restant à révéler. « Je suis toujours entre deux mondes qui sont stratifiés, et l’autre est en devenir. », me disait-il, dans son atelier, lorsque je découvrais des centaines d’oeuvres, ces derniers temps.

Jean-Pierre Formica invente constamment de nouvelles investigations stylistiques (comme ses nouveaux dessins réalisés sur tablette numérique), c’est ce qui constitue son originalité et la richesse de sa palette.

(texte ©Patrick Amine, 2015. Curateur de l’exposition, 2016 Bologne)

Informations de Contact :

19 rue des Frigos

75013 Paris

01 45 83 37 52

Plus d’informations :